Kinbaku : trouver des sources d’inspirations pour attacher.

367
Kinbaku source d'inspiration

Vous pratiquez le Kinbaku depuis quelques temps. Vous avez appris des harnais de bases et vous savez les attacher de manière plutôt fluide. Magnifique, à vous les sessions de Kinbaku débridées !

La page blanche

Pourtant lorsque vous partez pour une session de jeu une fois le Gote attaché et un premier futomomo en place… Rien, pas d’idées, la page blanche. Mon dieu qu’est-ce que je vais pouvoir faire ensuite…
Pas de panique et aucune honte à avoir. Nous aussi, nous avons connu à nos débuts les affres du manque d’inspirations ou la panne d’idée.

C’est normal, en effet, il est très compliqué de se retrouver à devoir imaginer et créer des patterns qui aient du sens (en termes de contraintes, d’esthétismes et respectant la mécanique du corps). Après avoir ingurgité de plusieurs mois d’apprentissage technique ou de patterns de bases. C’est le vide, le néant. L’inspiration n’existe pas.

Alors, je vais vous donner des pistes pour trouver des inspirations et vous éviter cette petite crise d’angoisse en plein milieu de votre session de Kinbaku.

Tout d’abord, il faut savoir que quasiment plus personne ne crée de patterns. Le Kinbaku a beau être relativement récent, un corps humain n’est fait que de deux bras, deux jambes et un tronc avec pas mal de contraintes physiologiques. Toutes les positions imaginables ont déjà été expérimentées. C’est une bonne chose car, cela vous donne un très grand nombre de patterns à tester !

Mais où diable trouver de l’inspiration…

Avant que des sites comme Tumblr existent, ou certains passionnés dont moi-même avions créés des blogs regroupant des milliers de photos de bondage japonais traditionnel. A part trouver ces pépites , il n’y avait juste aucun moyen de trouver des photos de Kinbaku. J’ai donc mis en ligne une archive de 20 0000 photos collectionnées sur quatre ans. Cette archive est disponible ici sur BDSMlr

Alors quoi ? Une bonne source d’inspiration est Instagram ou la plupart des grands attacheurs ont un compte et publie régulièrement des photos de leurs travaux. Une autre source est bien cachée dans des livres de Kinbaku japonais. Ces livres classés plus de 18 ans sont interdits à l’export mais il existe des moyens détournés de se les procurer. Ce sont dans ces livres que je trouve la majeure partie de mes inspirations.

Les livres d’art sont aussi une bonne source d’idées.  Certains sont aussi classés plus de 18 ans mais une grande partie de ces livres photos sont disponibles à l’export.

Et de manière plus discrète et détournée, tous les films Japonais permettent de se faire une idée de leurs concepts esthétiques, de l’état d’esprit d’une personne tourmentée et la mélancolique beauté qui en découle.

Certains livres sur les concepts esthétiques, la lumière, le théâtre permettent de mieux appréhender la culture japonaise et ce que l’on veut faire passer à travers le Kinbaku.

Enfin Ropeflix qui met à disposition des dizaines de films de bondage en streaming moyennant un abonnement est une source gigantesque d’inspirations.

Enfin s’inspirer ne veut pas dire copier… Refaire à l’identique le pattern qu’un autre a trouvé et mise en œuvre n’est pas élégant du tout 😉

Votre Kinbaku doit refléter votre personnalité !