Différencier les différentes techniques de bondage

209

La pratique du BDSM et du bondage repose sur différentes techniques qu’il convient de différencier et d’expliquer. Chacune d’entre elles a ses caractéristiques et son propre fonctionnement.  

D’un point de vue générique, le bondage (qui correspond à la lettre B de BDSM) implique un point de vue dominant-dominé. Les techniques du bondage permettent un transfert de pouvoir amenant une privation de liberté et la création d’un état de vulnérabilité. Ce rapport de dominant-dominé s’exerce par le fait d’attacher son partenaire avec des liens afin de le contraindre.  

Il est toutefois important de distinguer la différence entre le bondage et le shibari. Le shibari, bien qu’il impose une contrainte par attachement comme le bondage, vise une technique et un esthétisme différent.   

Alors quelles sont les différentes pratiques de bondage ? Comment différencier bondage et shibari ? Et comment réussir sa pratique du shibari kinbaku ?  

La technique de bondage BDSM

Le bondage est une pratique BDSM consistant à faire ressentir la contrainte et la vulnérabilité par le fait d’attacher son partenaire. Il y a un rapport de domination et de soumission entre l’attacheur et l’attaché qui peut générer un véritable plaisir pour les personnes en faisant l’expérience. Cet échange de pouvoir est le fondement de la pratique du BDSM.  

Afin d’exercer la contrainte et d’accomplir cet échange de pouvoir, le bondage consiste à attacher son partenaire par des liens. Des liens de toutes sortes en fonction de la technique de bondage adoptée. Plusieurs types de matériels peuvent être utilisés dans le bondage : menottes, bande adhésive, cellophane ou encore foulard. Les éléments utilisés vont déterminer une forme de contrainte pouvant conduire à un épanouissement et au plaisir grâce aux techniques de bondage.  

Toutefois, cette pratique nécessite des précautions, et certaines règles doivent être respectées afin d’éviter l’accident. De plus, il serait dangereux d’utiliser des techniques de shibari avec un matériel non-conforme. En effet, bondage et shibari diffèrent dans la pratique et il est important de les distinguer.  

La différence entre technique de bondage BDSM et shibari

Il est important de différencier bondage et shibari. Les deux pratiques n’ont pas tout à fait la même philosophie et les mêmes pratiques. Il est d’ailleurs dangereux d’employer des techniques de shibari sans le matériel approprié.  

La première distinction essentielle est dans le fondement même du shibari. Ce dernier est une pratique japonaise ancestrale consistant dans l’art de réaliser des nœuds avec une corde. Il n’y a au départ par de réel rapport à l’érotisme et tout support peut être utilisé et pas forcément humain comme un arbre par exemple. Dans le japon ancestral, le shibari était notamment utilisé pour attacher les prisonniers et ainsi les contraindre et les torturer. Par la suite la pratique plus érotique du kinbaku va émerger.  

La pratique des nœuds et du ligotage va tendre vers des techniques et une esthétique propre qui va ainsi créer le fondement du shibari kinbaku. La technique de bondage shibari repose sur l’utilisation exclusive de cordes en jute de 8 m de long et 6 mm de diamètre. L’utilisation d’un autre type de lien pourrait être dangereuse !  

Ces cordes vont permettre de réaliser des nœuds précis :  

-Single column tie pour attacher un poignet, une cheville et la taille.  

-Double column tie pour attacher deux membres ensemble.  

Afin de démarrer une bonne pratique des techniques de bondage et du shibari, il est possible de s’initier auprès de l’Ecole des Cordes. Différents ateliers sont proposés afin de découvrir la pratique du kinbaku et du BDSM et ce pour tous les niveaux. Enfin, des tutoriels sont disponibles en ligne sur le site de l’Ecole des Cordes afin d’assurer une pratique des techniques de bondage.