Les différentes pratiques du bondage et du shibari

255

Le bondage shibari est une pratique BDSM consistant en la création d’une contrainte par le fait d’attacher une personne avec des liens. Un attacheur va attacher son partenaire grâce à différents liens dans le but de contraindre ses mouvements et de créer un état de vulnérabilité pouvant procurer un sentiment de plaisir autant pour l’attacheur que pour l’attaché.   

Le bondage englobe aujourd’hui différentes pratiques. La plus traditionnelle étant le shibari. Le shibari est l’art japonais de nouer des liens grâce à des cordes. Il s’agit d’une pratique ancestrale répondant à de nombreuses règles. Toutefois, le shibari et la pratique du bondage ont évolué en traversant la planète, et de nouvelles techniques ont pu émerger au gré des pays et des cultures où ils se sont développés. C’est notamment le cas du bondage américain.  

Alors comment différencier les différentes pratiques du bondage ? Quelles différences existent entre le shibari et le bondage américain ? Comment réussir leur pratique en toute sécurité ? Explications.  

La pratique du bondage

Le bondage correspond à la lettre B de BDSM. C’est une pratique classique du BDSM consistant à la contrainte d’une personne par l’utilisation de liens. L’attacheur et l’attaché vont trouver du plaisir dans la création d’un état de vulnérabilité. La manière d’attacher peut varier et surtout, les liens peuvent être de différents types :  

-Menottes 

-Foulards  

-Cordes de tous types 

-Bande adhésive 

-Cellophane 

Il est possible d’utiliser toute une variété d’objets et de matières afin de créer des liens permettant la contrainte. Toutefois, il est important d’être vigilant et de ne pas faire n’importe quoi, certains liens mal utilisés pouvant être dangereux et provoquer des blessures.   

Cette pratique du bondage peut en plus se décliner en fonction de la culture et du pays. Il englobe différentes techniques et approches du shibari jusqu’au bondage américain.

Le bondage américain

Au gré de l’histoire et des différentes cultures rencontrées, le bondage provenant du shibari traditionnel japonais, a évolué vers de nouvelles pratiques et de nouvelles philosophies. De cette évolution du shibari est né le bondage américain issu de l’occupation américaine au Japon de 1945 à 1952.  

Celui-ci s’éloigne beaucoup du shibari kinbaku très traditionnel reposant sur une esthétique forte et sur une connexion interpersonnelle très développée. Les Américains ont fait évoluer la pratique notamment en simplifiant la technique et en utilisant plusieurs types de cordes, et particulièrement des cordes synthétiques ou en coton. Le but du bondage américain est toujours la contrainte, mais en intégrant une dimension « show » sans une réelle connexion avec son partenaire. C’est un bondage passant principalement par des jeux au sol sans suspension du fait des cordes autorisées.  

Le bondage et le shibari kinbaku

Le shibari est à la base du bondage moderne et développé à l’occident comme le bondage américain. Il s’agit d’une pratique ancestrale au japon consistant à réaliser des nœuds et à attacher. À l’origine, il ne s’agit pas forcément d’attacher que des personnes, mais aussi des lacets ou des paquets par exemple. Dans le shibari traditionnel il n’y pas d’interactions entre les partenaires et il s’agit simplement de contraindre le corps avec des cordes de manière artistique. La sexualisation est, elle, inexistante.  

Le kinbaku, souvent associé au shibari, est un bondage traditionnel japonais utilisé pour seulement attacher les personnes. Le kinbaku est l’érotisation de la souffrance par l’attachement serré et contraignant. La connexion entre les partenaires est ici très importante avec une intention présente à chaque instant. De plus, la sexualisation est très forte avec le kinbaku.  

C’est ce shibari kinbaku qui est enseigné à l’Ecole des Cordes afin de découvrir la pratique et de se perfectionner dans un cadre sécurisé et confortable. Pour tout type de bondage, il est important de faire attention et de respecter certaines règles de sécurité.